Mountain Bike

La corniche des Cévennes en VTT

Après une expérience plutôt mitigées des sentiers type “famille” de VTOPO  Nous décidons de partir sur une boucle de 30 km passant par Barres des Cévennes et longeant la Mimente.

 

Let’s Go !

 

Retrouvez la trace GPX ici !

Ce tracé présente l’avantage d’être majoritairement à l’ombre des pins, outre la relative fraîcheur apportée par ces derniers, c’est également une expérience olfactive digne de Marcel Pagnol qui s’offre à vous.

 

Si vous n’êtes pas en train de cracher vos poumons dans un des nombreux coups de culs de la rando !

 

Celle-ci fait 30 km de long et comptabilise 720 m de D+, rien de bien fou, mais la chaleur rend l’effort d’autant plus dur.

Le site est labellisé FFC, donc il est très bien balisé. Cependant, je conseille de démarrer la rando à Saint Julien d’Arpaon, cela permet de commencer sur le D+ majoritaire du tracé et ainsi de vous éviter la claque après 30 km (on parle en connaissance de cause)

Barres des Cévennes et la Mimente

Le tracé traverse Barres des Cévennes, offre un panorama magnifique sur le parc national, On quitte le village pour aller s’enfoncer à travers les forêts de Conifères et ainsi rejoindre la crête qui nous emmène sur la Mimente.

La descente est bien technique de par les Nombreuses pierres roulantes, tranquille sur les freins si vous ne voulez pas vous faire embarquer !

Belle Arrivée dans les contreforts Typiques Cévenoles et on peut apercevoir La gare, aucun rapport avec les voies ferrées, mais un magnifique ruisseau qui s’élargit sur certaines parties, donnant droit à des eaux magnifiques.

La gare

Après la descente des crêtes, vous pouvez Descendre sur la Gare, un torrent qui forme des marmites particulièrement difficiles d'accès, mais qui récompensent les débiles dans notre genre avec une eau azure et une fraîcheur bien méritée

No Signal

Le tracé est bien engoncé dans les fonds de vallée, pensez à enregistrer vos tuiles GPS pour éviter de vous retrouver coincé si vous dépendez de vos appareils !

On finit par rattraper le Chemin Stevenson et la Mimente, qui nous a donné une bien meilleure impression de nature que le Tarn, pour à peine quelques kilomètres d’écart.

Son inaccessibilité relative lui permet de rester sauvage, et on aura tout le temps de l’admirer dans la dernière partie, qui emprunte un ancien passage de voie ferrée, en aplond.

Juste magnifique !

Suivez-moi sur les réseaux !

Une question ?

Une interrogation, un besoin d'infos supplémentaire ? N'hésitez pas !